23 rue Jean Moulin 75014 Paris - www.liguedesconducteurs.org

Reprendre l'avantage sur le lobby des radars

 

Il a fallu moins de dix ans pour que les radars deviennent en France l'alpha et l'oméga de la politique de sécurité routière,...

... et que vous soyez mis sous surveillance, piégé et racketté dès que vous prenez la route.

Avec une stratégie très simple, voire simpliste : aidés par les associations
anti-voiture qui n'ont de cesse, par idéologie ou hygiénisme, d'accuser la vitesse de tous les maux, les fabricants de radars ont mis en place une spirale diabolique.

 

COMMENT ILS ONT PRIS LE CONTROLE, EN 4 TEMPS

1ère phase : l'amorce de la pompe à fric

Les premiers radars sont installés fin 2003.

La manne est immédiate. Pour l'Etat comme pour les fabricants de radars puisque dès 2004, c'est 100 millions d'euros que le gouvernement réinjecte tous les ans dans le programme "Radars".

2ème phase : l'accélération des cadences

Les radars avaient fait leur preuve pour la verbalisation sur la route.

Pour la ville, les marchands de répression ont inventé la verbalisation à distance. Soit avec une caméra, c'est la vidéo-verbalisation, soit grâce à des tablettes numériques qui permettent à la police de verbaliser à distance, en relevant le n° d'immatriculation, et sans même avertir le conducteur.

Ces nouvelles technologies ont permis de doubler les recettes de la répression routière qui passe, dès 2010, de 600 millions à 1,4 milliard d'euros.

Bingo ! Les budgets publics alloués aux radars doublent, passant à 200 millions d'euros par an !

De quoi développer des technologies toujours plus puissantes.

3ème phase : la baisse des vitesses

Comme la vitesse est présumée coupable, partout en France on la baisse : portions à 110 sur autoroutes, rocades à 70, villes à 30...

La tenaille se referme sur les conducteurs. Les PV pleuvent. Les profits des fabricants de surveillance-radar-répression sont au beau fixe.

4ème phase : les radars invisibles

Pour décupler le jackpot, il ne restait plus qu'à rendre tous ces pièges à conducteurs totalement invisibles et en truffer les routes. C'est ce que vient de faire le gouvernement en habilitant des sociétés privées à faire tourner à plein régime des voitures-radars pour verbaliser le moindre de vos petits dépassements de vitesse.

En quelques années, les multinationales qui développent toutes ces technologies punitives sont arrivées à généraliser leur marché, à :

- vendre les radars,
- équiper les policiers et maintenant
- remplacer les policiers...

 

LE BILAN AFFLIGEANT DES RADARS

13 millions de PV infligés à des conducteurs qui, à 95%, ne font que dépasser de quelques km/h la limitation de vitesse.

1,7 milliard d'euros de PV encaissé par l'Etat et tous ceux qui vivent des radars – y compris le CNT, l'usine à PV de Rennes qui expédient 60 000 contredanses par jour.

L'abandon de tout ce qui avait marché depuis les années 70, en plus de l'amélioration des véhicules : prévention, répression ciblée, amélioration des routes.

Et le nombre de tués sur les routes qui, contrairement à la propagande officielle, ne s'étaient déjà pas amélioré (-346 morts par an de 1991 à 2003, -222 par an 2003 à 2015) et repart à la hausse depuis deux ans.

 

PRISE DE CONSCIENCE CHEZ LES DEPUTES

Le gouvernement espérait que l'éternel baratin sur la "sécurité routière" suffirait pour que les gens se laissent faire avec les radars invisibles, sans réagir.

Heureusement, il existe encore dans ce pays des citoyens comme vous, responsables et déterminés, qui entendent bien ne pas laisser l'Etat les priver impunément de leur liberté de conduire.

Avec eux, la Ligue de Défense des Conducteurs a lancé la contre-attaque. Et elle s'engage bien !

Grâce au soutien financier que certains membres-donateurs lui ont accordé, l'association a pu : 1) Informer des centaines de milliers de Français de ce qui les attend sur les routes. 2) Leur faire comprendre qu'avec cette menace invisible, partout autour d'eux, ils ne pourront plus jamais conduire intelligemment, en adaptant naturellement leur vitesse aux circonstances. 3) Leur demander d'envoyer un message de colère à leur député.

Les députés ont été littéralement submergés de courriers et d'emails !

Et cette mobilisation les a fait sacrément réagir. 156 – soit plus d'un député sur quatre ! – ont pris la peine de répondre à l'association et aux électeurs qui les ont interpellés.

Leurs réponses(1) sont parfois un peu jésuites, c’est vrai. Mais autant de réponses, c'est gigantesque.

Ils ont compris que le seuil de tolérance face à l'hyper-répression actuelle et à venir est largement dépassé.

Mais il y a plus important encore :

Avec cette mobilisation exceptionnelle, nous avons réussi à obtenir le soutien d'une poignée de députés qui ont le courage de prendre clairement position contre le business des radars (2)...

... et qui sont prêts à défendre les citoyens, et à dire haut et fort que NON, il n'est pas normal que les conducteurs soient fliqués en permanence, piégés par des machines, et rackettés dès qu'ils prennent le volant !

Avec ces députés, et avec tous ceux que nous allons rallier peu à peu, nous allons mener le combat pour que les fabricants de radars ne fassent plus la loi.

Amendements, recherche d'information et rédaction d'argumentaires, rendez-vous et réunions de travail,... nous allons faire le maximum pour gagner du terrain sur le plan législatif.

Mais vous le savez, la principale raison pour laquelle la Ligue de Défense des Conducteurs sera écoutée et entendue par les parlementaires, c'est le nombre d'électeurs qu'elle  représente et mobilise. Et pour faire grossir nos rangs, il faut organiser de gigantesques campagnes d'information et de mobilisation, et il faut des budgets très importants.

Contrairement à tous ceux qui vivent d'argent public, la Ligue de Défense des Conducteurs ne peut compter que sur la générosité de citoyens engagés, décidés à se battre.

Nous ne pouvons compter que sur vous. Nous avons besoin de vous.

S'il vous plaît, acceptez de faire un don à l'association.

 

 

 

Il sera immédiatement utilisé pour agrandir notre mouvement de résistance, seul barrage au lobby des radars, et renforcer notre force de frappe auprès des parlementaires pour qu'ils fassent cesser ce business scandaleux en le remplaçant par une politique de sécurité routière juste et efficace !

Et nous n'arrivons pas les mains dans les poches.

>> Première objectif : fermer le robinet de l'argent public qui coule à flot, avec les 200 millions d'euros que l'Etat réinjecte tous les ans dans des radars de plus en plus puissants.

>> Objectif sur les 12 prochains mois : ouvrir le débat avec tous les parlementaires qui voudront y participer, pour revenir à une vision saine de la sécurité routière et sortir du simulacre actuel qui appelle "sécurité" le fait de flasher les gens qui roulent à 91 km/h...

>> Objectif à long terme :

- Continuer à empêcher les baisses de vitesse absurdes, qui ne font que décupler la rentabilité des machines à flasher.

Si la Ligue de Défense des Conducteurs n'avait pas eu les moyens de mener de gigantesques campagnes de mobilisation, la vitesse maximale sur route serait déjà abaissée à 80 km/h depuis 2013 !

- Obtenir que les routes soient décemment entretenues et ne soient plus le parent pauvre de la sécurité routière, alors que 40 % des accidents mortels impliquent les infrastructures !

>> Enfin, continuer à inonder le pays pour contrer la propagande gouvernementale sur les bienfaits des radars et faire connaître au contraire le scandale de ce business juteux.

Pour toutes ces actions, la Ligue de Défense des Conducteurs a besoin de l'aide de tous ceux qui ne sont pas prêts à brader leur liberté de conduire, ni à baisser les bras face au puissant lobby des fabricants de radars.

Vous avez déjà prouvé que vous en faites partie.

Alors, aujourd'hui, si vous pouvez aider l'association par un don, même modique, cela permettra de renforcer de manière décisive notre capacité d'action et notre force de frappe auprès des parlementaires.

Par avance, un immense merci pour votre engagement à nos côtés dans ce combat contre le lobby des radars et ses technologies ultra-répressives.



 

Pour faire un don à la Ligue de Défense des Conducteurs, cliquez ici.

Nous comptons sur vous. Il en va de notre liberté de circuler et de notre sécurité à tous sur les routes.

Avec tout notre dévouement,

L'équipe de la Ligue de Défense des Conducteurs

_____

Notes :

(1) « Non à la généralisation des radars invisibles » : les députés vous répondent

(2) Un noyau dur de députés, de tous bords, qui s'engagent

JE FAIS UN DONJE FAIS UN DON